In biciurculi ! Ou les raisons d’espérer.

Il y a des mots corses qui disent toute une histoire. Point n’est besoin de faire tout un discours pour comprendre le sentiment. En français, il faut bien développer pour expliquer.

Eru in biciurculi. J’étais en miettes ou en éclats mais cela dépend du contexte. J’étais plus que morose, je ruminais une condition, une sorte d’abandon des autres à mon triste sort. Cela fait quatre ans que je cherche à rendre le passage qui mène à ma maison plus carrossable. Les pluies printanières, trop abondantes, n’ont rien arrangé. Rien, personne ne peut rien, ni tuf ni gravier malgré des commandes et des promesses. Rien. A risa, presque la risée sans rire. On se sent minuscule, totalement impuissant. J’ai beau creuser dans mon talus, je n’ai plus les os solides et je rumine, je broie du noir. Combien de temps encore, vais-je tenir dans ces conditions d’abandon dans une île qui se dit solidaire ? Pouf ! On s’en fout !

Aujourd’hui, je ne m’y attendais pas, j’ai eu une visite inattendue. Mon ami Antoine ne m’a pas oublié. Il savait que mon jardin avait périclité. Il est arrivé avec Jean Jacques, tous deux souriants et pleins d’encouragements. Ils ont déposé ces offrandes amicales et m’ont requinqué. Je dirais même plus, ils m’ont requinclé. Ce vocable qui va plus loin que l’original avec sa clochette au bout, clin clin ! qui tinte pour renforcer le plaisir.

Juste avant qu’ils arrivent, je regardais tristement le reste de mes courgettes farcies pour midi. Elles aussi étaient « in biciurculi », avachies, tristounettes de sorte qu’on ne pouvait plus les ramasser ni à la petite ni à la grosse cuillère. Comme moi, elles étaient d’une mollesse à désespérer. Je fais de l’humour à tout va, je distribue la bonne humeur au vent et dans mon coin retiré, je mesure la désespérance engendrée par les gens qui courent en vous saluant au passage sans jamais s’arrêter.

Certains s’émerveillent d’une apparition divine, je me suis ressourcé d’une apparition amicale et bienveillante. C’est une vielle histoire entre nous, je crois que nous nous sommes compris sans nous épancher et sans nous donner des raisons.

Aujourd’hui encore, il est arrivé à point. Ti ringraziu amicu ! Tu as débarqué pile poil, un moment béni.

Les moments heureux sont ceux qui arrivent à point.

Ce n’est qu’un aperçu.

(Cliquez sur les images)

1 Comment

  1. Il est ainsi des amis..qui ne sont là ni au jour le jour, ni trop souvent, mais qui ont des antennes…Existe t-il un lien d’amitié si fort que l’autre sait lorsqu’on on a un coup de mou, un sentiment d’impuissance..un vague à l’âme?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.