Celle-là alors !…

Je devais être un peu en retard. Pas beaucoup, mais pour elles c’était déjà assez.

Pendant que j’éparpillais la nourriture et que je changeais l’eau, je les entendais glousser derrière la porte et frapper des coups secs avec leur bec. Auditivement, je devinais une impatience doublée d’un agacement. Lorsque j’ai rabattu la porte qui sert également d’escalier, la blanche m’a poussé, la tête basse, déjà en quête de petits cailloux avant d’attaquer les graines. Les autres ont suivi en se bousculant pour sortir plus vite. Puis ce fut la course vers le bac à eau, à la salade et au blé. Chacune avait son idée ou son envie matinale.

La blanche de race Sussex est magnifique. Son collier, le bout de ses ailes comme la queue par endroits, sont injectés de touches noires. Des coups de pinceau rapides du plus bel effet sur cette blancheur par ailleurs immaculée. La rousse, la plus fine, sans doute la plus jeune, rien à dire, elle est intégralement rouillée, d’un roux qui rappelle l’automne sous le soleil couchant. La noire, de variété dite Harco, est probablement la plus travaillée avec ses reflets nacrés. Elle semble passée entre les mains d’un impressionniste avec ses ailes moirées et son dos changeant au gré de la lumière. Tantôt des reflets verts, tantôt bleus selon qu’elle relève ou baisse sa tête. Son col noir est lamellé de langues dorées. Un or qui renvoie sa lumière jaune lorsque le soleil parvient à poser un rayon sur son collier. La grise perlée enfin, car je n’en ai que quatre, est ma préférée. On se demande quel créateur a eu l’idée de ce jeu ocellé entre les nuances de gris. Une harmonie folle qui semble irréelle. Celle-là, je l’adore, je crois bien qu’elle s’en est aperçue. Et depuis qu’elle s’en doute, elle en profite.

Juste avant midi, je suis retourné voir les gélines. L’une picorait à droite, l’autre à gauche, la blanche était absente, sans doute rentrée dans le nichoir pour le cadeau du jour… et la grise perlée avait creusé son nid de poule dans la terre sèche. A moitié enfoncée dans le sol, on aurait dit une couveuse alors qu’elle est bonne pondeuse essentiellement. Maligne et l’œil malicieux, je sentais qu’elle avait envie de me « macagner* » comme on dit par ici. Lorsqu’elle tordit le cou pour me regarder, elle me lâcha : « Cot…Cot…Cot…Cot Codec ? » Hum, quatre fois Cot, je ne connaissais pas. C’était la première fois qu’elle me parlait ainsi. J’ai juste deviné la forme interrogative par la répétition insistante du « cot » et le côté plus appuyé du « codec ». Je suis resté perplexe un temps puis j’ai tourné les talons car midi approchait… Et là, parvenant à l’aplomb du poulailler, j’ai compris.

Celle-là alors ? Je ne l’attendais pas. Savez-vous ce qu’elle m’a balancé ?

« Alors t’as trouvé finalement ? Est-ce l’œuf qui fait la poule ou l’inverse ? »

Puis elle a baissé son bec pour pouffer mollement entre ses plumes, cherchant à réfréner un gloussement. Je me suis gratté le crâne, un instant dubitatif… et puis je suis reparti sans donner de réponse.

On dit « passer du coq à l’âne » mais pas avec grisette. Elle est coquine et a de la suite dans les idées… elle m’en balancera d’autres, j’imagine.

J’avais envie d’un poulailler. Je me suis souvenu du plaisir éprouvé chaque fois que ma grand-mère m’emmenait avec elle pour ramasser les œufs. Bientôt, mes petites filles seront toutes là, ensemble. Je sais qu’elles attendent ce moment pour voir les poules de missiaù. Ce jour-là, j’aurai l’impression d’avoir transmis le témoin et j’espère qu’un jour, l’une d’elles se mettra à batifoler comme grand-père en écrivant ses p’tites folies. Les histoires de poules sont marrantes.

Macagna=plaisanterie légèrement moqueuse, parfois plus soutenue.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Portrait de la Sussex puis la grise qui cherche du pétrole…

2 Comments

  1. Pour ceux d’entre vous qui sont sensibles aux dialogues muets avec les choses les plus humbles. A ceux aussi qui ont ou qui se donnent le temps de savourer leur longueur en bouche.

    1. j’ai adoré ! cela me fait pensé à <CHANTECLAIR < D'EDMOND ROST <
      que je garde précieusement ,et que je relis de temps en temps .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.