Indécence.

Ce n’est pas trop dans mes habitudes, je préfère proposer le sourire de gens simples plus que lâcher des cris en l’air qui tomberont dans l’oubli dès la seconde suivante parce que c’est contre le goût du temps…

Je ne supporte plus toutes ces pubs avec des acteurs connus, des footballeurs, des nageurs de haut rang… bref des gens qui ne sont pas dans le besoin et qui ferraillent encore pour quelques milliers de dollars de plus. C’est indécent.

Lorsque je vois Antoine Griezman jouer à l’acteur en faisant le clown pour vanter les mérites d’une lame de rasoir, je zappe. Des gens grassement payés qui ne laissent aucune miette aux autres. C’est pareil pour les joueurs du PSG tant joyeux qu’artificiels et superficiels, une bombe aérosol à la main, faisant mine de se désodoriser. C’est insupportable.

On appelle cela la liberté alors qu’il s’agit d’utiliser des « vedettes » pour abuser les pauvres consommateurs de base. Bien sûr, on nous rétorquera que personne n’est obligé d’acheter, c’est faux et archi faux, sinon ils ne procèderaient pas de la sorte en faisant gueuler Johnny « Optique 2000 !». C’est bien pour vendre ! Et c’est scandaleux.

Comment faire ? Eh bien, pour une fois interdire la pub avec des vedettes richissimes. Employer les intermittents du spectacle qui feraient aussi bien, sinon mieux. On vendrait moins ? Pas du tout puisque l’effet vedette n’existerait plus, on s’y ferait comme pour les ravioli : « Reviens, on a les mêmes à la maison ! », « Amène ! » pour le fromage chaussée aux moines ou le vieux bourguignon interrogé sur les pneus Michelin qui s’esclaffe en toute innocence : « Les pneus Michelin ? Y a rien à dire ! ».

Plutôt que s’endormir sur la notoriété passagère ou durable d’une vedette, on ferait preuve d’imagination, d’humour qu’un Pierre Arditi brade dans les élucubrations de la MAAF, sans faire rire personne fors les inconditionnels du personnage.

De la vraie création, de l’imagination et surtout l’ouverture vers d’autres acteurs qui n’attendent que cela pour s’exprimer alors qu’ils croupissent enfermés dans la magnifique expression « intermittents du spectacle ».

J’évite d’acheter ces produits, non par connerie, je trouve l’équivalent autrement, mais par refus du principe. Je sais que mon humeur ronchonne n’est que pipi de sansonnet vite évaporé dans la nature…  C’est bien dommage car sous les paillettes des plus célèbres qui se remplissent les poches en se foutant de nous, nous sommes conduits par le bout du nez. On gobe béatement ces entourloupes censées nous guider dans la consommation.

C’est insupportable, c’est indécent ! Un bon produit se suffit à lui-même, un brin de fantaisie le sublimerait un peu plus si l’on en revenait à la simplicité des choses de ce monde. Peut-être n’est-ce plus suffisant, c’est bien triste que la réclame s’évertue à nous rouler dans la farine.

Eccu, mi sogu sfucatu ! Voilà, je me suis défoulé !

Un cri aphone qui ne changera rien à l’affaire, c’est toujours la MAAF qu’il préfère mais c’était mieux avant.

Quiz’cube niveau CP ne fera rien à l’affaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.