Treze…guette.

Il guette quoi ? Ben, comme tout le monde, de voir si quelques euros sonnants et trébuchants peuvent encore tomber dans l’escarcelle.

Pour mieux comprendre ce qui suit, il serait utile de lire ou se souvenir de l’article du 27/07 intitulé « Enfin libre ».

Trezeguet déclarait qu’il était temps de rentrer en France et qu’il en avait très envie.

Comme Ulysse, plein d’usage et raison, il souhaitait vivre le reste de son âge à la maison. Non seulement il voulait apporter son savoir-faire, c’est-à-dire son savoir marquer des buts, mais aussi faire des sacrifices. Le magnanime !

L’argent n’est pas le plus important… c’est vrai qu’en vieillissant, la tête se plombe un peu. Alors, il s’offrait aux clubs de France, à qui voulait bien de lui.

Voilà qu’il s’échauffait avec le club de Monaco dans l’attente, lorsque la Côte d’Azur toute proche lui signifia son amour. Le président de l’OGCNice lui a proposé un rendez-vous.

Très poli aux dires du dirigeant niçois, Trezeguet n’était pas en amour… il était juste en embuscade, en drague et le flirt n’était pas séduisant.

Il préfère privilégier à l’heure actuelle deux ou trois donzelles (pistes) italiennes ou espagnoles.

Vous y comprenez quelque chose vous ? Si ! Que l’argent remplit mieux les poches ailleurs. Et qu’on nous prend pour des imbéciles, nous pauvres fans de foot.

Je vous le disais ce matin, les tomates sont bien rouges en ce moment… Hou ! Hou ! Paf ! Paf et paf sur lui aussi.

Le pire, dans l’affaire c’est que s’il ne trouve pas ailleurs, Nice serait bien capable de l’embaucher… On n’est plus à un pan bagnat près…A suivre.


 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.