C’est parti !

La saison estivale a commencé.
Les premières récoltes au jardin et première cuisine entièrement aratasquienne.

J’ai récolté des courgettes rondes et longues que j’ai blanchies pendant vingt minutes.

Voici les images :

On voit même les premières tomates cerises, sur la gauche.

La farce : De la viande hachée, un peu de chair à saucisse, beaucoup de basilic haché, du thym, de l’ail torréfié, de la mie de pain rassis avec du lait, de la chapelure, les tripes des courgettes cuites. le tout bien mélangé à la fourchette.
Sel et poivre bien sûr !
Un fond d’huile d’olive.
Puis au four pendant un certain temps en jonglant entre 180 et 200°C.
J’y vais au jugé.
Ah ! Vous aviez remarqué les accordéons ?
Oui, je suis un accordéoniste !
Des « Bernadette » et « Mona Lisa » du jardin, tranchées comme vous le voyez sans les couper totalement.
Sel, poivre, huile d’olive.

Elles s’ouvrent comme des fleurs à la cuisson.
Les arroser de jus en fin de cuisson avant de servir.

Evidemment, vous pouvez ajouter fromage râpé et œuf battu, je n’en voyais pas la nécessité aujourd’hui.

Je vous assure que ce fut un réel bonheur ! Mon régal du jardin.
Et vous savez quoi ?
Simon de Suddacarò disait « On va presque tous mourir ! »
Il pensait ne pas faire partie du lot, hélas il y est passé aussi !
La notion de temps vous disais-je !

Je profite de mes vieux jours et m’en irai à peine moribond, encore un peu vivant, j’espère.

Ciarbedda ! Dit-on chez nous.
(Je ne traduirai pas c’est intraduisible en français, c’est une version plus hard de « Advienne que pourra ! » Une explosion de cervelle…) 😉

Que la vie est belle ! Vous ne trouvez pas ?

7 Comments

    1. C’est vrai 🙂
      Je crois que vous êtes tous deux exceptionnels d’ailleurs.
      Bonne journée Annie.

  1. Ca a l’air très bon !
    Je ne comprends pas pourquoi vous faites cuire les courgettes avant de les mettre au four, elles cuiraient en même temps que le reste il me semble 😉

    1. Il faut comprendre qu’il y a plusieurs façons de cuisiner.
      J’ai toujours procédé ainsi, surtout lorsque les courgettes sont achetées et en outre lorsqu’on va incorporer les « tripes » dans la farce, on les égoutte bien de manière à ce qu’il n’y ait plus d’humidité.
      Sans les cuire, soit on jette la partie enlevée soit elle va rendre son eau et humidifier désagréablement.
      Il y a fort longtemps, lorsque le corned-beef en boîte était fait dans les règles de l’art, il présidait à la farce. Désormais avec les abats incorporés et autres bas morceaux ou déchets, ce n’est plus du tout pareil, à bannir !
      La cuisine est une affaire d’usage et j’en ai une longue expérience, je sais que certains procèdent comme vous le suggérez, d’autres font cuire la farce avant… à chacun son tour de magie 😉
      Il ne faut s’étonnez de rien, c’est comme la cuisson des pâtes dans une poêle jusqu’à absorption de toute l’eau, un seul récipient, pas d’égouttoir, moins de vaisselle, un autre goût…
      Bonne canicule al 😉

      1. La chaleur n’est rien mais c’est surtout qu’elle s’accompagne de particules fines qui n’aident pas …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.