Le mal français.

Ce matin, le pays s’est réveillé à l’Ecole des fans de Jacques Martin.
C’est une vaste rigolade, tout le monde a gagné.

Il y a plusieurs catégories de victoires dans la même élection.
Les uns se vantent d’avoir le plus grand nombre d’élus, se redécouvrent « force centrale », ils changent de vocabulaire pour camoufler la chute. D’autres, se targuent d’avoir empêché la majorité absolue, certains se gaussent d’être le plus grand parti de France, un autre groupe, se dit bien vivant alors que la rouste fut cuisante aux présidentielles.
Les enfants de l’ Ecole des fans, les auraient tous notés 10/10.

Le problème est que nous sommes entre adultes et qu’il s’agit de l’avenir d’un pays, pas d’une plaisanterie.

Les français sont d’incroyables incorrigibles !
Ils votent contre, plutôt que pour, ils élisent un président et le déshabillent à l’assemblée.

Plus fort encore !
Certains ont quitté leur parti avec son étiquette sur la musette pour un poste ministériel.
Eh bien, le dernier en date est réélu avec une forte majorité, c’est tout de même étonnant que des cocus soutiennent l’infidèle. Comment voulez vous tenir la route ?
Il est très facile de parier que ceux qui ont crié très fort contre le président vont le rejoindre sur les bancs du Palais Bourbon. C’est imparable dans notre pays de cocagne !
On parle, on explique tout et son contraire, on justifie, on revient, oui mais, mais oui, mais non, mais bien sûr, vous allez voir, on verra, je vous le dis, il nous l’a dit et le redira d’une autre manière s’il le faut, pour comprendre l’incompréhensible. La logique est à variables, pourvu qu’elle soit à notre convenance.

C’est une vaste mascarade, De Gaulle aurait parlé de chienlit, on se moque des urnes et des isoloirs, les électeurs n’en ont cure de leur incurie, ils sont vaccinés contre leur intime incohérence.
Un autre mal français survient en corollaire, ce sont les abstentions qui dépassent la moitié des inscrits.
La faute à qui ? Vous avez une idée ?

Finalement les élus comme les battus s’en sortiront toujours, seuls les joyeux porteurs de bulletins dominicaux en pâtiront.

Le pays est en miettes, sans cohérence ni cohésion, incapable de trancher la moindre idée.
On nous promet des lendemains qui déchantent, le coup d’envoi est donné…
Quelle tristesse !

La honte n’a tué personne, l’amour propre aux poubelles, que le spectacle commence !

Un hibou nous le disait « La politique est farcie de poly-tics ! »

Le plus dur dans l’affaire, c’est que « politicien » est devenu un métier.
En démocratie, il en faut pour faire vivre le pays à hue ou dia !
Nous sommes habitués.
Allez hue ! Et au prochain scrutin !
Devant l’urne, le gentil électeur sera fier d’entendre, une fois de plus, « A voté ! »
Léo Ferré chantait : « Ils ont voté et puis après ? »
Après, on recommence…

Le petit plus hibouesque du jour :

Sans passé l’avenir est compromis…

2 Comments

  1. des adultes ? où ça ? ni chez les politiciens ni dans les électeurs, la vox populi est une vaste pantalonnade ! mais les hiboux sont au top 😀 bon début d’été Simon, ici le sable du sahara revient s’installer dans les nuages. 🙁

    1. Nous sommes sur la même longueur d’onde.
      Ne vous inquiétez pas gibu, Sahara, Sahara, Sahara ! Que dis-je ?
      Ça ira, ça ira, ça ira ! 😉
      Bonne canicule saharienne ! Un vrai dépaysement !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.