Humeur

Hier, c’était encore l’été indien. Je parcourais les ruelles du village en chemisette avant le coucher du soleil, en quête d’images nouvelles. Certains frémissaient en me voyant si peu vêtu. Je ne suis pas du genre frileux, trop occupé à regarder autour de moi et faire tourner les idées dans ma tête à la vitesse électrique des neurones, je ne suis plus très sensible aux variations de température. Un peu comme les stoïciens habitués à faire des mathématiques qui devenaient insensibles.

Pourtant, je suis un sensitif, un émotif, un sensuel hautement actif dans les sensations. Allez comprendre quelque chose. Il n’y a rien à comprendre lorsqu’on est un épicurien, hédoniste de surcroît. Tout se confond et se fond juste pour le plaisir. Un plaisir qui varie selon les circonstances mais garde sa permanence en éveil. C’est ce plaisir qui dit, qui dicte, qui commande et décide. Moi, je me contente d’apprécier ce qui m’arrive et brasse les contrastes de la vie. Non pas que je sois un passif qui subit, non, je suis un actif apaisé capable de devenir volcan, comme ça, parce que je le veux bien ou parce que la lave couvait depuis un moment. Je n’ai pas de sautes d’humeur, on peut compter sur moi.

Me voilà assis devant la fenêtre. Le ciel s’est assombri alors que je m’apprêtais à courir le crépuscule. Le temps presque estival est devenu temps des morts, temps de Toussaint, brusquement. Les tourterelles ne viendront pas sur la vigne vierge. D’ailleurs, elles savaient déjà et ont tout raflé. Il n’y a plus rien à gober par ici. C’est le week-end des Morts qui s’installe. Seul, le cimetière affichera un peu de vie et de gaieté avec tous ces chrysanthèmes porteurs de couleurs qui font la fête aux défunts.

Je suis déjà passé visiter mon père plus tôt que les autres années. Curieusement, et probablement à l’opposé des autres, je ne me prosterne jamais devant sa tombe. Je le porte avec moi, en arrivant là, c’est déjà fait. Je me recueille à n’importe quel moment… Je ne suis pas un conformiste, je préfère « communiquer » lorsque j’en ai envie. Lorsque le souvenir frappe à ma tête et je me passe volontiers des coutumes. Je n’en fais qu’à ma guise sans déranger personne et pourtant, je dérange parfois. 

Le couvercle pesant des nuages tout à l’heure menaçants,  semble bouger et les contours de la montagne se revêtent d’un bleu céruléen. La nuit ne va pas tarder à tomber mais lorsque la Tasciana et Cagna sourient, on se dit que demain, peut-être, je pourrai voler quelques portraits parmi les tombes.

2 Comments

  1. Qu’il est humain cet auto-portrait, Simon …
    Je souris à  » l’actif apaisé capable de devenir volcan  » tant je m’y reconnais …
    Et puis, ce lien , ce clin d’oeil libre aux défunts , anti-conformiste …
    Plaisir que de trouver ici un  » frère  » ;-))

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.