C’est mal barré

En ce moment le spectacle affiché par la politique française vaut son pesant d’or. Les acteurs ne se rendent même plus compte du ridicule de la situation.

La primaire UMP aux municipales parisiennes refait le match Copé/Fillon sans vergogne.

Ça commence par un parachutage pour contrer les ambitions de Rachida Dati. Nathalie Kosciusko Morizet serait la meilleure candidate du parti, elle s’en persuade et se laisse héliporter dans la capitale. Dans un premier temps Rachida fait feu de tout bois puis sentant l’odeur de la poudre, se retire de la bagarre. Plus aguerrie, rompue aux joutes perdues d’avance, elle s’éclipse et semble plus sereine désormais. Nathalie est déçue, ses primaires sont gâchées, elles ne seront pas flamboyantes comme elle l’espérait : elle ne sera pas la plus belle pour aller danser auprès des électeurs parisiens.

Aucun ténor en vue, seuls trois candidats peu connus sur la scène politique, trois sous-fifres ont osé donner le change à l’ex-ministre. La situation semblait confortable et de pure formalité, avec ces faire-valoir, pour la rivale annoncée d’Anne Hidalgo. Que nenni, c’est déjà la guerre des soupçons. On aurait fait le plein de proches et de copains pour enfler la liste des électeurs, des « anti-mariage  pour tous » se  seraient inscrits pour se payer Nathalie pour 3 € seulement, les règles qui  seraient faites par et pour Nathalie ne conviennent pas à tous les candidats, on annonce bugs… Et pour couronner l’ensemble, on prédit des fraudes…

Pour une fois, Rachida aura pressenti l’embrouille et ressortira, sans doute, ragaillardie  pour ne pas s’être donnée en spectacle comme souvent. Il n’est jamais trop tard pour apprendre…

Bref, inutile d’aller plus loin. Si Paris valait bien une messe du temps d’Henri IV, la capitale vaut tout juste un déballage de puces politiques pour ses municipales de 2014.

Comment s’étonner, encore, que le porteur de bulletins du dimanche préfère rester au lit ou fuir à la campagne les jours de scrutin ?

La chanson dit que les histoires d’A finissent mal en général, et les histoires de scrutins ? Il faut s’attendre à tout. Imaginez une Hidalgo triomphante et magnanime faisant une petite place à Nathalie et Rachida, pourquoi pas ? Le pauvre électeur serait encore le dindon de la farce…

C’est son unique rôle dans l’affaire : ce n’est pas le porteur d’eau qui se désaltère. 

 

 

1 Comment

  1. toujours aussi drole Simon, ..peu importe qui va sortir du panier de crabe, puisque tous les crabes se ressemble …tant que le ridicule n’aura pas tué quelqu’un ..!! ça continuera longtemps.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.