Mots en chaleur pour un rêve aquatique.

DSC_9878

Par ces temps de canicule
L’esprit rempli de mirages
Rêve d’anguillules
De tremblantes images.
DSC_9879
Les troncs des pins maritimes
Se baignent dans l’onde frémissante
Qu’une brise naissante
Caresse frissement, intime.
La surface du lac frisottille
Les formes projetées brimbillent
Le vert s’acidule
Et le brun se crépuscule.

Le silence rêve
D’une eau profonde qui glapote
De carpes qui barbotent,
Entre goulées de sève
Les arbres sirotent
Bavardent et papotent.

La chaleur s’évade
Dans les aiguilles
Fines comme des gringuilles
Pour échapper à la noyade.

Chauffaillé, grilladé,
Le glandeur chafouille
Ramote avec ses pieds,
Surfote et sclafote
Gerbote des giclades aériennes
Qui s’affrissent sur tout son corps,
Il ne sait plus les mots
Cherche un peu de fraîcheur.

Le temps est devenu chamote,
Il vapote, saunate,
Sonatent, les grillons…
Ça suote partout, ça moustille,
C’est fou !

Il fait trop chaud,
Ça canicule fraîchement,
Chaudement, c’est mieux pour un pléonasme magistral chauffé à blanc.

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.