Un hélico pour M. Hulot.

Les verts s’inquiètent. Ils n’ont plus de nouvelles de Nicolas. Ils savent qu’il s’est isolé pour réfléchir mais ses dernières déclarations inquiètent.

Il faut à tout prix le retrouver, le directeur de campagne d’Eva Joly, Sergio Coronado a lancé les hélicos-libellules, moins polluants, à sa recherche : « Nous allons le joindre pour savoir ce qu’il a envie de faire et tenter de recoller les morceaux. Ce n’est pas dans son intérêt de se reconstruire dans l’aigreur. »

Qui avait dit que les écolos n’étaient pas charitables ? Ils se soucient plus de la santé de Nico que de basses affaires politiciennes. Et puis,  des fois qu’il ne fasse une bêtise, isolé dans la montagne… on ne sait jamais.

Vincent Placé, numéro deux d’EELV avance : « c’est le candidat idéal pour le poste de numéro deux du gouvernement ». Vincent voit déjà les verts haut-placés. Hou ! Hou ! Tu entends Nicolas ? Il y a une belle place pour toi ? Bizarre, ce silence. Il n’entend peut-être rien, là où il se trouve. Ça fait beaucoup de numéros deux, tout de même, vous ne  trouvez pas ?

Yves Cochet « attend des nouvelles du grand chef à plumes » qui pourrait bien être « le fou de la reine ». Du lard ou du cochon,  sérieux ou badin, selon vous ? Est-il encore fou de la reine, à défaut de Triboulet ?

Jean-Paul Besset met en garde :  son mentor ne jouera pas le rôle de la béquille.

Tout le monde est sur le qui-vive. Mais où est donc passé M. Hulot ? L’adjoint au maire de Paris lance : « Il est probable qu’il ne vienne pas. – à l’Université d’été –  Ce n’est pas le meilleur signal. »

La date du 18 août, ouverture de la kermesse verte, approche à grands pas et toujours pas de nouvelles de Nicolas. Ça devient insupportable !

Allez Nicolas, ne boude plus, reviens à la maison !

Il y a un gros sucre-d’orge pour toi. Un, comme tu les aimes, sans colorant, ni conservateur…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.