Adaptabilité remarquable, interchangeable à souhait.

magagneNajat Vallaud Belkacem  est une femme caméléon. On peut la changer de place à souhait dans un gouvernement, aucun problème, sitôt nommée sitôt dans son rôle. Elle a tout pour elle. La jeunesse, la beauté, l’adaptabilité, seul son sourire qui devrait exprimer plus de joie communicative se contente de ponctuer gentiment des choses trop sérieuses. Elle est toujours très stricte dans ses interventions télévisées. C’est extraordinaire, de voir une telle célérité dans l’aptitude à habiter une fonction toute fraîche. Une aptitude peu commune.

La toute neuve secrétaire d’état aux sports est entrée de plain-pied, un ballon à la main pour la crédibilité, dans son nouveau rôle. Sa parole est facile, normal pour celle qui a porté longtemps celle du gouvernement. Entendez-là, répondant à un journaliste du Monde qui lui demande si elle sera présente à la Coupe du Monde au Brésil :

« Bien sûr. Je serai présente dès le premier match comme première supportrice des Bleus, et j’aimerais pouvoir revenir en quarts pour les accompagner jusqu’en finale ! Et j’espère évidemment qu’ils vont gagner. Au-delà des résultats, je souhaite que le Mondial soit un moment de cohésion derrière nos couleurs. Un moment de cocorico. Je pense que le pays a vraiment besoin de cela. »

Dommage que le journaliste ne l’ai pas interrogée sur les pénaltys. Elle était bien capable de nous faire une démonstration, nous parler des coups brossés du vieux Kopa, nous affirmer qu’un contre-pied ça n’existe plus puisque le gardien choisit un côté d’office pour plonger. Ce n’est donc pas le tireur de pénalty qui l’a trompé… Oui, quel dommage !

Cette jeune dame a la gagne au cœur, le sourire au sérieux et la parole rassurante. Bien sûr, elle est capable de s’assombrir comme tout le monde, elle est humaine tout de même. Glissez donc un Sarkozy dans la discussion et vous la verrez perdre son joli sourire instantanément puis sortir des paroles moins douces et moins réjouissantes. Comme M. Jourdain, elle dit les voyelles à la perfection, voyez comme elle forme bien ses O et ses E, comme ses lèvres sont bien arrondies. Elle s’applique à bien marteler ses mots pour qu’aucun doute ne subsiste sur ses convictions : elle est bien dans le camp de gauche, toute entière et sans langue de bois. Langue de bois, langue de bois… ça ne se voit presque plus tant elle est passée experte en  l’art.

On pourra dire ce qu’on veut, on ne risque pas de la prendre en défaut et je tiens le pari qu’elle deviendra très rapidement une éléphante du PS. Une vieille éléphante en pleine jeunesse mais pour l’instant, elle ne barrit pas encore trop fort au sein du parti.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.