La poisse.

Le clin d’œil du jour.

Le physicien australien John Mainstone est décédé à l’âge de 78 ans sans avoir terminé sa mission.

Il avait pris le relais d’une expérience commencée en 1927 et surveillait un entonnoir rempli de poix chauffée : il attendait de voir à quel moment la première goutte allait choir dans la coupelle. Huit gouttes sont tombées à ce jour sans que personne n’ait pu assister à la moindre chute. La neuvième est sur le point de lâcher prise et il est fort probable que cette imminence suive de très près sa disparition.

Avouez que ce n’est pas de chance pour lui, à moins qu’il ne soit déjà au parfum s’il a été informé dans l’au-delà.

En attendant, trois caméras sont postées pour ne pas manquer le chiffre 9 comme pour une naissance humaine.

Ce serait sympa de dater cette neuvième et la baptiser « goutte à John » née après une si longue gestation : 52 ans de surveillance stérile.

C’est vraiment la poisse d’avoir donné la vie à neuf gouttes de poix sans jamais en avoir connu une.

Peut-être, John goûte-t-il déjà aux délices du Paradis et dans ce cas, neuf gouttes de perdues, des centaines retrouvées…

Sources : un article du Huffington Post.

Vocabulaire : Le mot poissard peut avoir deux sens. Soit c’est un personnage grossier, vulgaire… il dérive, alors, de poisson, poissonnier. Soit c’est une personne malchanceuse, poursuivie par la déveine, la poisse lorsque son étymologie vient de poix, poisse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.