La patate chaude.

Mais comment font-ils au PS ?

DSK sera de retour en fin de semaine ou début de semaine prochaine. Chaque candidat à la primaire cherche déjà à s’en démarquer voire à fourguer la patate chaude au copain ou à la copine. Il fut un temps où ils l’auraient dégustée avec du beurre fondant ou de la crème et juste une petite pincée de fleur de sel.

Comme pour s’en amuser un peu plus, certains en marge des primaires surchauffent la patate, chacun à sa manière, afin qu’elle soit plus brûlante encore.

Michel Rocard joue de la claque puis de la caresse. La claque : « cet homme a visiblement une maladie mentale qui était une difficulté à maîtriser ses pulsions. Il est hors du coup, c’est dommage. » Puis la caresse : « c’est dommage, il avait un vrai talent, c’est vrai. »

Sarcelles s’apprête à fêter le retour de DSK et rêve d’une grande allégresse. J.P Passe Contrin responsable des sports à la mairie entrevoit une « très grosse manifestation »

Martine « pense la même chose que beaucoup de femmes sur l’attitude de Dominique Strauss Khan. » Le pacte est rompu.

A force de chauffer la patate, vont-ils la cramer ou la rendre insupportable ? Attendons ce début septembre riche en surprises, à n’en pas douter.

Il sera amusant de voir comment chacun va se positionner et avec quelles contorsions. Si d’aventure, il devenait un atout, les voltes face démasqueront les opportunistes.

Quelques marrons chauds, aussi, ne manqueront pas de noircir les doigts. Guérini dont on ne sait plus quoi faire, et Robert Navarro proche de Georges Frêche, un temps exclu du parti pour s’être présenté sur sa liste. En incluant ce dernier dans son staff, François Hollande a dû se dire : « pourquoi faire cool lorsqu’on peut se compliquer l’existence ? »

Septembre et octobre seront chauds avec le retour de DSK. Va-t-il foncer vers les candidats comme au FMI pour saluer ses anciens copains ou copines ? Ou, va-t-il rentrer dans un cloître pour méditer et purger ses péchés afin d’arriver, tout neuf, pour mettre les pieds dans le plat une fois la primaire achevée ?

A moins qu’il ne décide de rester au pays qui l’a blanchi en disant : «  la France ? Ben non (Banon) ! Merci ! » Vous voyez ? A-t-il envie de tomber de Charybde en Scylla ? 

Lui aussi, ne semble avoir peur de rien, allons-y pour Scylla, il paraît qu’il arrive dimanche soir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.