Alors, ce goût ?

 
DSC_2818Puisque ma tomate dite « bleue », ne bleuira jamais, j’ai fini par la goûter.
Vous la voyez tranchée ? Deux compartiments seulement et beaucoup de pépins si on la compare à l’andine plus rouge juste à côté. Pour une tomate de cocktail, elle est très agréable et pas acide pour deux sous. Je ne vais pas dire qu’elle a de la cuisse, l’arrière-goût de banane ou de cerise… elle a son petit charme, c’est tout. Sa peau est coriace et n’a pas d’autre intérêt que sa couleur originale. Cependant, dans la catégorie, je préfère de très loin la Trilly. Celle-là vaut vraiment sa réputation. Pour moi, c’est la reine des tomates cocktail.
En fait, la bleue m’avait intrigué. Des graines offertes pour essayer, une dénomination à faire rêver d’autant que l’azur est ma couleur préférée. Tous les matins, je suivais son évolution et lorsque je l’ai vue virer au noir cela m’a surpris. Puis elle a tourné à l’orange et là j’ai compris qu’il était inutile d’attendre. Certes, j’ai cru à une erreur de graines puisque la dénomination « noire » figurait sur internet avec les mêmes photos que les miennes… Mais, vous savez, internet n’est pas si net que cela. Faut pas croire tout ce qu’il vous raconte. Fabien m’a bien éclairé.
Ce matin, en allant en cueillir, j’ai trouvé le tuteur fortement penché prêt à se coucher. Heureusement ces tomates ont la tige solide. C’était la plante qui tenait le tuteur. Le geai avait commencé son festin. Une tomate crevée par ici, une autre éventrée larguée un peu plus loin. Que du gaspillage avec ce « touche et goûte » à tout. On l’appelle geai des chênes, je pense que geai sans gêne lui conviendrait mieux… Il ne mesure pas son poids lorsqu’il se pose en plein élan. Les pruniers, les poiriers et les pommiers en savent quelque chose, il s’attaque même aux noix encore bien enserrées dans leur brou tout vert.
Voyez-vous, je crois que pour si peu de surprise gustative ça ne valait pas le coup d’espérer si longtemps. Je ne renouvellerai pas l’expérience.
Finalement, c’est moi qui suis passé pour un bleu !
DSC_2815Voici l’andine en forme de piment. Un peu sèche, peu juteuse mais agréable.

 

 

 

 

La Trilly est la meilleure, à mon avis, dans la catégorie cocktail. A essayer absolument, très productive. Une découverte à faire.

 

 

 

 

De la taille d’une grosse datte.
(Pensez à cliquer sur les photos)

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.