Du matin et du soir.

En prenant ces photos, au même endroit, ce matin bien après le lever du soleil et cet après-midi à deux heures du coucher, l’idée m’est venue de titrer ce passage tel que vous l’avez lu.

Cela m’a sauté à l’esprit, je me suis souvenu d’un jeu que j’avais créé pour venir en aide à des enfants fâchés avec la chronologie, baptisé « Du matin au soir ».
Il s’agissait de remettre en bon ordre, après les avoir identifiés, des moments de la journée d’un enfant.
Ce jeu pédagogique était destiné à des élèves de maternelle et de CP.
Vous ne pouvez imaginer le nombre d’enfants incapables de se situer dans le temps, qui éprouvent ensuite des difficultés pour apprendre à lire car les prérequis ne sont pas encore en place dans leur tête.
Il était édité chez Fernand Nathan, il y a fort longtemps.
Voilà pour la petite histoire qui me rappelle un agréable souvenir du temps où je débutais en photographie, bien plus impliqué à chercher comment accompagner les enfants en difficulté scolaire vers leur meilleur possible.

Voici donc les images du jour, prises avant de passer au fauchage des herbes hautes.

Le matin :

En fin d’après-midi :

Les tâches jaunes visibles au premier plan, sont des fleurs de chou sauvage.
Le flou est dû à l’ouverture maximale du diaphragme (2,8) et non à une intervention post production.

La profondeur de champ – zone de netteté – est réduite à cette ouverture.

3 Comments

  1. Ils sont un peu comme moi le soir 😉 (quoique le matin je n’ai plus rien d’une fleur 😉 )
    Alors j’espère que vous prendrez garde à les épargner lors du fauchage. Belles images !

    1. Une fois les fleurs fanées, la plante ne risque rien, elle se reproduit par rhizomes, tiges souterraines. Sur une pente comme celle-ci, il faut être acrobate de cirque pour faire un tri entre les plantes…
      Les iris existent, à cet endroit, depuis des années sans jamais succomber au fauchage 😉

  2. Une fois les fleurs fanées, la plante ne risque rien, elle se reproduit par rhizomes, tiges souterraines. Sur une pente comme celle-ci, il faut être acrobate de cirque pour faire un tri entre les plantes…
    Les iris existent, à cet endroit, depuis des années sans jamais succomber au fauchage 😉

Répondre à aratasca Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.