Le sac a dit…

Le sac a dit quoi ?

Le sac a dit fouille !
Le sac a dit cherche !
Le sac a dit tu trouveras

Ou pas !
Mais moi j’aime ça !
Ta main baladeuse,

Ta main furet passe par ici,
Repassera par là…
Et moi, j’aime ça ha ha !

Le sac est un fourre tout, le sac c’est un foutoir.
Un endroit que l’on croit sûr, où l’on y planque des secrets que l’on ne retrouve plus.
La main se balade à l’aveuglette croyant connaître tous les recoins et s’y perd.
Les doigts fouinent par dessus, par dessous, soulèvent les objets rencontrés, des mystères…
Point de clés, point de portable, mais où diable sont-ils passés ?
Une seconde fouille plus stricte, plus minutieuse, plus tactile.
Rien, toujours rien, mais où donc sont passées ces satanées clés ?

La pochette avant, bouche grande ouverte, se marre, les yeux, malicieux, rient.
Est-ce une invitation à fouiller dans la poche de secours ?
Bof ! Allons-y, ça l’étonnerait, elle ne met jamais ces affaires là au fond du petit gosier.
Tout dans la panse !

Enfin, elle se décide à plonger les yeux en même temps que ses menottes.
Vous avez dit « menottes » ? Non ? Oh, la coquine !
Ses menottes, ses menottes, je veux dire ses mimines !
Elle tâte, elle regarde, elle regarde, elle tâte !
Rien, désespérément rien, pas le moindre petit trousseau mais plein de choses, des choses inutiles et des choses à cacher, des choses à caser dans le noir d’un sac à recel, le sac à recel d’objets divers, d’hiver comme d’été. Le sac où règne l’hétéroclite pagaille.

Tout au fond, un curieux sachet bien discret.
Il est écrit « Préserv… » Quoi ? Qu’est-ce que c’est encore ?
« Préservez vos bijoux, vos p’tites bagues surtout. Planquez-les dans ce sachet et insérez le dans la fausse poche juste dessous mais à l’extérieur. »
A l’évidence toujours pas de clés juste cette découverte. Il était grand temps !


Quelle imbécile !
Le vide poches sur le bureau, ça sert à quoi un vide poche ?
A y déposer ses clés !

Le sac a dit « folle »
Le sac a dit « bête »
Le sac a dit plonge
Tes mains en mon sein
Le sac a dit « fais-moi des chatouilles »
Fais-moi des « gratouilles »

Encore des papouilles
Que j’aime tes fouilles
Fais-moi des gliglis
Encore des gliglis…
Tu vois je rigole,
Parfois me tortille
Ça me titille,
Je me bidonne

Jusqu’à gondole…

Le sac a tout dit…

Vous avez remarqué son air coquin entre sérieux et dérision ?
Pour la petite histoire, ce sac était dans un coin sombre et j’ai cliqué à la volée sans précaution particulière.
Il m’avait interpellé sur le champ, je ne pouvais manquer pareille source d’inspiration.


Le petit plus du facétieux hibou.

A quand l’eau déshydratée ?

4 Comments

  1. Bonjour ,
    Bien rigolote votre histoire du jour 😉😅 enfantine si je puis dire, mais peut être gerique , allez savoir ,comme vous dîtes nos sacs ont ils une âme .( Objets inanimés ……) .
    Amicizia .a prusima

    1. Enfantine comme ceux qui font des enfants 😉
      Merci P. d’être passée à côté du sac, votre pseudo vous prédisposait à passer par ici 🙂

Répondre à aratasca Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.