Mon écriture. (Graphologie)

« Mon écriture court après les mots, les idées filent,
elle s’étire, s’étire jusqu’à former une farandole très effilée, pour les rattraper.
Je suis le seul à pouvoir la déchiffrer, il me suffit d’une écorchure, d’une lettre égratignée
pour retrouver le cours de ma pensée. »

Lorsque j’écris pour conserver quelques idées, mon écriture devient un long fil de fer,
parfois barbelé, quasiment illisible pour un tiers.
Si je m’applique pour quelqu’un d’autre, je ne sais plus écrire,
le mot se déstructure comme s’il était passé entre les mains d’un chirurgien esthétique ayant raté son plus bel effet.

Le graphologue, s’en donnerait à cœur joie,
se tromperait bien des fois.
Il verrait timidité là où je masque mon idée en aplatissant les lettres,
ostentation et narcissisme lorsque je fais application.
Agressivité dans mes banderilles, testostérone dans mes vrilles et mes giclées.
Orgueil dans mes boucles exagérées.
Pourtant la farandole, les arabesques folles, ne sont que fantaisie qui marquent bien mon ironie,
ma joie de vivre, mon style à sauts et à gambades,
mes folles digressions qui s’éternisent parfois pour mieux revenir au sujet.

Aucune déraison, j’écris au vent, mes lignes flottent et « clacotent » au moindre zéphyr
comme des bannières longues et légères qui fluidifient mes idées.
Par gros vent, lorsque je suis pressé, par mistral et bourraques, se déchirent en lambeaux
mais je n’en perd le moindre fil, la coulée idéelle se faufile, jamais ne se défile.

Mes ratés, lorsqu’il y en a, sont une brève prise de conscience qui m’arrache à ma marche enchantée.
Un instant de lueur, comme une mise en garde un peu trop hussarde, me fait dérailler…
Dommage, la fausse note m’a désenchanté !
Je suis inquiet de ce raté !

Et paf ! Pour me venger !

4 Comments

    1. Oui, ne n’ai pas osé le dire, et encore là, je me suis retenu.
      Bonne journée Gys après ce « connaître Simonu pour les nuls » -;)

  1. Heureusement que les claviers existent ! Je ne critiquerai pas car j’écris aussi comme un cochon 🙂
    La photo est un petit bijou, un vrai tableau de Maître avec son atmosphère particulière, assez irréelle, chapeau m’sieur !

Répondre à almanito Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.